Comment entretenir un palmier ?

Palmier en pot ou en pleine terre, ce type de plante a réussi à s’inviter dans nos maisons sans le moindre problème d’acclimatation, et la multitude de variétés permet de contenter toutes les envies. Pour adopter cette plante tropicale qui apportera une touche d’exotisme chez vous et la conserver très longtemps, il suffit de suivre quelques gestes essentiels pour restituer son atmosphère idéale.

La plantation du palmier en pot

Le meilleur moment pour la plantation du palmier se situe entre le printemps et le milieu de l’été. Prenez un pot légèrement plus grand que la motte du palmier. Inutile de choisir un très grand bac dès le début. Les palmiers ne supportent pas les excès d’eau au niveau de leurs racines, il est donc important de placer une épaisse couche de billes d’argiles, ou graviers voire de tessons de terre cuite pour les plus grands sujets.

Arrosage du palmier :

En pot, la terre s’assèche plus vite qu’en pleine terre, mais un excès d’eau est tout aussi problématique pour le palmier que la sécheresse ; qui se verra par le bord de ses feuilles qui se replie, qui jaunissent, puis brunissent. Arrivé à ce dernier cas, il est trop tard, le palmier est condamné.

Pour vérifier si un arrosage est nécessaire, il vous suffit simplement de planter un doigt dans le terreau. Si celui-ci est sec il est donc temps d’arroser le palmier. Procédez à des arrosages réguliers en été. En hiver par contre, vous devriez stopper les arrosages. Arrosez de préférence avec de l’eau de pluie. Sinon, pour faire évaporer le chlore, laissez reposer plusieurs heures l’eau du robinet.

Afin de maintenir l’humidité dont il a besoin, paillez le pied du palmier. Et si vous devez faire rentrer votre palmier à intérieur de chez vous l’hiver, pensez à humidifier régulièrement la couronne du palmier pour éviter que les palmes ne se dessèchent.

La taille du palmier :

Tailler un palmier régulièrement ne l’aide pas à pousser, bien au contraire. Il est possible d’effectuer une taille de formation, dans le but de donner au palmier la forme souhaitée. Il ne faut jamais élaguer trop sévèrement le palmier.

Pour ce qui est des palmes desséchées ou abîmées à cause du gel, il convient de couper à quelques centimètres des pétioles qui constituent le tronc, et cela entre fin avril et début mai.

Rempotage du palmier :

Ses racines étant fragiles, elles doivent être manipulées le moins souvent possible. Essayez donc de conserver votre palmier dans le même pot le plus longtemps possible. Mais si vous voyez que les racines dépassent en dessous du pot, c’est la certitude que le palmier est à l’étroit et qu’il est temps de le rempoter. Car pour assurer une croissance optimale, le palmier en pot doit avoir assez de place pour que ses racines puissent se développer correctement. Ne choisissez donc pas un pot trop grand, il doit être d’une taille plus grande seulement.

On procède au rempotage du palmier environ tous les 3 à 5 ans, en commençant par dépoter le palmier, couper les racines mortes, couper quelques feuilles, et pour finir, déposer une couche de drainage et du terreau neuf et riche dans le nouveau pot.

Hivernage du palmier :

Hivernez votre palmier dans une pièce hors gel mais non chauffée, bénéficiant d’une bonne lumière naturelle. L’idéal pour lui serait une température entre 5 et 15°C. Mais n’hivernez jamais vos palmiers là où l’atmosphère est trop chaude et trop sèche.

Les palmiers occupent une place à part dans le monde végétal, parce qu’ils comptent parmi les plus anciennes espèces de plantes depuis 80 millions d’années. Vous avez maintenant tous les secrets pour en avoir un chez vous, et en prendre soin.

Auteur de l’article : Jardinier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *